La campagne de l'AJP pour les journalistes indépendants - Acte 2
Photo Belpress.com

Le point sur la campagne

23 novembre 2006 /// Catégorie : La campagne

Le « Livre Noir des Journalistes indépendants » fait un tabac en librairie : en deux mois, les 300 exemplaires distribués dans les librairies ont été épuisés. De son côté, l’AJP en a vendu autant en ligne. La diffusion large du Livre Noir est une bonne nouvelle : plus on parlera de la situation précaire des pigistes, mieux nous parviendrons à convaincre de la nécessité d’y apporter des améliorations sensibles.

Les contacts se poursuivent avec le monde politique. A la mi-novembre, une délégation de l’AJP a rencontré le cabinet de Marie-Dominique Simonet (Enseignement supérieur) pour l’informer et la saisir de deux questions : la pléthore de diplômés en communication et la nécessaire réforme des stages étudiants gratuits dans les rédactions. Pour mémoire, on chiffre à quelque 400 le nombre de diplômés des filières « journalisme » par an, alors qu’il n’y a environ qu’une quarantaine (au maximum) d’emplois stables, toutes rédactions confondues.

Nous ne sommes pas les seuls à dénoncer cette situation : interviewée par Le Soir, le 19 novembre dernier, Anne Morelli (professeur à l’ULB) déclare : « On n’ose pas dire que certaines filières sont saturées. Pour prendre votre métier en exemple, on diplôme 400 journalistes par an pour 2.500 professionnels. Pour faire de la place aux jeunes, il faudrait tuer les journalistes tous les six ans. Ne pas le dire, c’est vendre de l’illusion aux étudiants »

→ La pléthore d’étudiants a un effet direct sur le nombre de stages étudiants dans les rédactions : un rapide calcul permet de chiffrer à 500 le nombre de stages effectués chaque année dans nos rédactions par les étudiants de différentes années, stages dont la durée varie de 1 à 3,5 mois. Le processus de Bologne n’arrange rien à la chose : des bacs en communication se créent (Namur, Mons) augmentant ainsi une offre déjà surabondante et certaines écoles dont le cursus passe de 4 à 5 années d’études (l’Ihecs) vont combler une partie de leur programme par plusieurs mois… de stages ! L’AJP n’a rien contre les stages : s’ils sont bien encadrés par les rédactions, ils permettent un contact avec le terrain qu’aucun cours ne peut donner. Mais on est souvent loin du compte au plan de l’encadrement par les rédactions, et pour cause. L’AJP constate que les stagiaires étudiants constituent un volant de main d’œuvre abondante, régulièrement renouvelée, envoyée sur le terrain souvent sans accompagnement, et qui produit son lot de travail journalistique. A ce niveau de production gratuite, il s’agit d’une concurrence particulièrement déloyale vis-à-vis des journalistes indépendants qui tentent de placer leurs papiers et reportages. Le constat est brutal mais il est partagé par tous les protagonistes : les nouveaux diplômés qui tentent de trouver du travail, les journalistes indépendants qui se battent pour garder leurs collaborations, et même entre quatre yeux, des responsables des stages dans les écoles et les rédactions.

Il ne suffit pas cependant de partager les mêmes constats dramatiques pour que les solutions se dégagent. Lors de sa réunion avec le cabinet Simonet, l’AJP a formulé deux pistes de travail : identifier une seule filière de formation en journalisme (qui devrait être partout distincte de la com’ et des RP) et augmenter le niveau d’exigence du cursus en imposant un cycle long. Pour les stages, limiter à un mois et en dernier cycle le stage étudiant. Le cabinet s’est engagé à réunir une table ronde (écoles et profession) afin de discuter des constats et des propositions de l’AJP. Nous avons l’objectif d’entamer à ce sujet une large concertation. A suivre donc.

→ Tout cela n’améliorera pas de sitôt nos fins de mois, pensent ici les pigistes qui nous lisent. Et ils ont raison, car les chantiers sont ouverts sur plusieurs fronts. On reviendra le mois prochain à celui qui sera mené en inter-cabinets à l’initiative de la ministre Laanan et qui portera sur l’amélioration du statut social et fiscal, en lien avec l’aide aux entreprises du secteur.

→ Par ailleurs, deux journalistes indépendants québécois, Pascal Lapointe et Christiane Dupont, viennent de publier « Les nouveaux journalistes. Le guide. Entre précarité et indépendance », (Presses de l’Université Laval). Ils ont pris contact avec l’AJP pour prolonger une réflexion commune.

→ A l’agenda de notre campagne, l’AJP était présente à Tournai (Haute Ecole de la Communauté française de Belgique Mons-Tournai) le 29 novembre et elle sera à L’Institut de Journalisme (Bruxelles) le 4 décembre, à la Maison de la presse de Mons le 5 décembre, pour un débat sur « Un Livre Noir, et après ? »

→ Le site de la campagne commence à connaître son succès d’audience avec plus de 26.000 pages vues et quelque 5.000 visites depuis son lancement à la mi-septembre.