La campagne de l'AJP pour les journalistes indépendants - Acte 2
Photo Belpress.com

« Pigiste pas pigeon » au Parlement de la Communauté française

3 octobre 2006 /// Catégorie : La campagne

Une parlementaire a questionné la Ministre Fadila Laanan à propos de la campagne  de l’AJP « Pigiste pas pigeon ».  Voici la question et la réponse de la ministre. Le travail avec nos élus commence au
Parlement de la Communauté français.

Séance du 21 septembre 2006
Question de Mme Joëlle Kapompolé à Mme Fadila Laanan, ministre de la Culture, de l’Audiovisuel et de la Jeunesse relative à la campagne « Pigiste pas pigeon » de l’association professionnelle des journalistes professionnels relative aux journalistes indépendants.

Mme Joëlle Kapompolé (PS).

J’ai été interpellée par la campagne lancée par l’Association des journalistes professionnels (AJP) à l’occasion d’une conférence de presse qui a eu lieu le 15 septembre dernier. Cette campagne vise à éclairer le monde politique :“ et tous les acteurs de la société sur les difficultés rencontrées par une catégorie de journalistes professionnels, les journalistes indépendants. L’idée est de lancer le débat et de présenter toute une série d’outils susceptibles d’améliorer la situation de ces journalistes indépendants. Je compte vous interroger à nouveau dans les prochaines semaines car le débat est vaste et les questions nombreuses, mais je voudrais d’ores et déjà connaître votre position sur cette campagne. Quel accueil lui avez-vous réservé ? Avez-vous rencontré des représentants de l’association des journalistes professionnels ? Etant donné l’implication de différents niveaux de pouvoir et de différents ministres, notamment la ministre de l’enseignement supérieur, des groupes de travail sont-ils prévus ? Une coordination entre les différents niveaux de pouvoir pourra-t-elle éventuellement être organisée sous votre égide ?

Mme Fadila Laanan, ministre de la Culture, del’Audiovisuel et de la Jeunesse.
Je suis très sensible au problème des pigistes dans les organes de presse. Cela touche à la démocratie. Les organes de presse ne peuvent pas travailler avec du personnel bradé au risque de mettre notre démocratie en danger.
Les responsables de l’AJP nous ont effectivement contactés. Ils souhaitaient savoir si nous désirions nous joindre à leur campagne, mais ils désiraient également nous associer à une réflexion sur un statut plus optimal pour ce type de personnel. J »ai immédiatement marqué mon accord et mon cabinet a pris contact avec l’AJP pour fixer une date de rencontre. Cependant cette question concerne différents niveaux de pouvoirs et donc différents collègues, notamment les ministres Arena et Simonet dans leurs compétences d’éducation et d’enseignement supérieur. Toutes deux ont déjà marqué leur intérêt pour ces réflexions et pour le groupe de travail technique, chargé de donner un avis sur la question. Il faut savoir que le ministre fédéral Demotte a souhaité participer à cette réflexion. Pour l’instant, les ministres Reynders et Laruelle ne m’ont pas encore répondu s’ils comptaient s’associer à ce groupe de travail, mais je suppose qu’ils le feront dans les meilleurs délais.