La campagne de l'AJP pour les journalistes indépendants - Acte 2
Photo Belpress.com

Pigeon vole... à haute altitude !

Si vous avez des questions pratiques concernant le statut de journaliste, consultez le guide du pigiste. Si vous n'y trouvez pas ce que vous cherchez, contactez l'AJP.

Lorsque le Conseil de direction de l’AJP a décidé de mettre sur pied cette opération pratico-pratique – "un problème d’indépendant ? Quelqu’un vous écoute au bout du fil" –, votre dévoué serviteur se doutait bien qu’il s’avançait dans le brouillard. D’ailleurs la corne de brume avait retenti dans son cerveau : "Il y aura énormément de demandes et ce sera horrible à gérer". Un an plus tard, il faut se rendre à l’évidence : c’était une double fausse alerte.
Il n’y a pas eu énormément mais assez bien de demandes. Une quarantaine, soit environ une par semaine. Et ce ne fut pas horrible à gérer, mais très instructif. Les questions provenaient surtout de jeunes, de débutants que "l’on" – ah, ce pronom menteur qui en dit long sur celui qui se cache derrière lui ! – lâche dans la nature avec pour seule instruction "qu’ils n’ont qu’à se faire indépendant".

Cela confirme que la plaie des faux indépendants n’est pas encore cautérisée. Sur le plan formel, elle l’est peut-être dans certaines rédactions. Mais sur le terrain… Comment faut-il appeler celui ou celle qui reçoit ses instructions d’un chef de service mais n’a pas de contrat d’emploi ? C’est un faux salarié. Et comment faut-il appeler celui ou celle qui est indépendant(e) mais ne peut de facto travailler pour un autre média que celui qui donne ces instructions ? Ce n’est pas un vrai indépendant. Quand on est un faux salarié et qu’on n’est pas un vrai indépendant, on est un faux indépendant. CQFD.

Les questions qui taraudent ces débutants sont toujours les mêmes : comment s’inscrire dans une caisse d’assurances sociales ? Faut-il un numéro de TVA ? Est-il vrai que l’on ne doit pas payer de cotisations de sécu quand on est indépendant à titre complémentaire ? Qu’est-ce que je garde comme net par rapport à mon brut ? Que puis-je déclarer comme frais ? ... Il est impossible de tarir la source des faux indépendants. Donnons à ces jeunes – et parfois moins jeunes – les moyens de devenir de vrais indépendants. Au moins, ils seront maîtres de leur sort.

Jean Blavier